Le Mystère des Ghénas enfin disponible en version papier

Quand je me suis lancée dans l’autoédition pour mon premier roman Le Mystère des Ghénas, je n’avais d’abord envisagé que la version électronique. La version ne m’avait pas semblé une priorité au départ. Mais beaucoup de personne à qui je parlais de mon livre étaient freinées par le fait qu’il n’existe qu’en livre électronique. « Et quand sera-t-il disponible ne version apier ? » était la question qui venait ensuite. Ma réponse fut pendant de nombreux mois : « Je ne sais pas. » (vous pourrez apprécier la richesse de ces dialogues 😉 )

Devant le nombre de lecteurs potentiels que je perdais à ne pas disposer de cette version papier, je me suis enfin décidée à offrir une deuxième étape à la déjà belle aventure du Mystère des Ghénas. J’ai de nouveau utilisé les services de Librinova, qui a confectionné la maquette d’impression.

Le Mystère des Ghénas existe donc désormais en version papier sur le site de Librinova, en impression à la demande 🙂 Pour avoir moi-même déjà commandé d’autres livres papier d’auteurs Librinova, je peux vous assurer que le résultat est de qualité et que l’impression et la livraison sont assurées rapidement par l’imprimeur.

Envie de découvrir l’histoire d’Azur et d’Oraé, leur découverte du monde et de l’Autre ? Alors, laissez-vous tenter par la version papier 😉

Ca déménage !

Voilà un petit billet où je vais vous raconter un peu ma vie – un tout petit peu, rassurez-vous 😉

Ce titre, « Ca déménage », est à prendre au sens propre. Je viens donc de déménager. J’ai quitté un appartement pour une maison. Il y a un peu plus de place, les pièces sont moins étroites et offrent un peu plus de possibilité d’aménagement. J’avais auparavant un petit coin réservé dans le séjour, symbolisé par un petit meuble informatique sur lequel les papiers encombraient un peu trop la place et je me retrouvais à poser mon ordinateur un peu partout ailleurs ! Me voilà donc avec un vrai bureau pour travailler et y poser l’instrument de mes recopies et de mes travaux de relecture et de correction.

Nouveau bureau d'Amélie Haurhay

D’ailleurs, il se pourrait que ces mêmes travaux de recopies reprennent dans les prochains jours, car je termine actuellement -enfin !- l’écriture de roman n°2. Encore quelques pages d’écriture manuscrites et je pourrai enfin pousser un grand « ouf » de satisfaction, avant d’entamer, dans ma nouvelle antre, les aménagements et compléments nécessaires à cette nouvelle histoire.

D’ailleurs, je sens que l’inspiration m’appelle. Je retourne à mes cahiers 😉

 

Atelier d’écriture : Fiction ou réalité

Leiloona nous a réservé un très beau choix de photo pour l’atlier d’écriture de cette semaine. Un très beau choix, pour célébrer le 300è atelier d’écriture qu’elle organise sur son blog, Bricabook.

Photographie

© Leiloona

Voici le texte que cette photographie m’a inspiré.

Fiction ou réalité

Je m’appelle Eva. Enfin, c’est ce que m’ont dit les médecins de l’hôpital, d’après les papiers d’identité qui gisaient près de moi quand on m’a trouvé. Ils ont opéré mes fractures, réparé mes blessures, mais ils ne peuvent pas recoudre le trou béant dans ma mémoire.

Personne n’est venu me chercher, et la police n’a pas su faire le rapprochement entre moi et une disparition signalée en France. Comme je ne peux pas reprendre seule pied dans la vie, mais que je ne peux pas rester indéfiniment à l’hôpital, je suis hébergée depuis quelques jours par une des infirmières qui s’est occupée de moi.

Sa maison est spacieuse sans être immense, la cuisine y est accuillante et j’y réapprends les gestes simples du quotidien. Mais c’est dans la bibliothèque que je me réfugie le plus souvent. Je m’assois près de la grande fenêtre que je laisse grand ouverte les jours de beaux temps, observant le jardin et les mouvements de la nature.

Certains pourraient penser que je ne devrais pas rester enfermé, qu’il faudrait que je sorte, que la confrontation avec la réalité du quotidien pourrait provoquer le déclic qui me ferait retrouver la mémoire. Mais quelque chose me terrifie à l’idée de sortir, et je préfère simplement rester de ce côté-ci de cette fenêtre. J’ai trouvé refuge dans les nombreux livres que possède mon hôte. Dès que j’en saisis un, le contact de la couverture et l’odeur du papier provoquent en moi quelques frissons, nourrissant mes entrailles d’une sorte de réconfort que je n’ai pas encore trouvé ailleurs.

Alors, pendant que le monde vit sa vie sans moi, sans que j’y occupe la place qui était la mienne auparavant, je vis mille vies à la fois, je me nourris de toutes ces histoires, me demandant si je ne suis finalement pas l’un de ces personnages fantasmés qui aurait fait irruption dans la fiction.

Le Mystère des Ghénas désormais disponible en Kindle Unlimited

Si vous êtes client Amazon, vous avez peut-être entendu parler de l’Abonnement Kindle (ou Kindle Unlimited). Cette formule d’Amazon permet, sur abonnement mensuel, de lire autant de livre électronique que l’on souhaite. Pour les gros lecteurs ou les lecteurs avides de découvertes, cet abonnement permet de se plonger dans de nombreux romans. Pour les auteurs, c’est l’occasion d’être lu par un plus grand nombre de lecteurs.

Le Mystère des Ghénas est désormais disponible en Abonnement Kindle. Si vous ne l’avez pas encore lu et que vous êtes abonné Kindle, c’est le moment d’en profiter. Rejoignez Azur et Oraé dans leur découverte de l’Autre, dans une histoire teintée d’un soupçon de fantastique 🙂

Le Mystère des Ghénas dans les nouveautés Abonnement Kindle

Retour de salon : le Salon du Livre Paris 2018

Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu l’occasion de vous faire un retour de salon du livre.

J’ai donc passé la journée de samedi dernier au Salon du Livre de Paris. J’ai occupé ma journée à la fois avec des activités de lectrice, mais aussi avec mes activités d’auteure.

En tant que lectrice, j’avais prévu 2 séances de dédicace.

D’abord, celle d’Amélie Antoine et Solène Bakowski, pour leur diptique Avec elle et Sans elle. L’histoire de 2 jumelles. Le premier chapitre est commun aux 2 romans, la suite diverge selon que les jumelles vont avancer ensemble ou non dans la vie. Ce fut un plaisir de croiser à nouveau Amélie Antoine en dédicace, et l’occasion de découvrir Solène Bakowski dont ce sera ma première lecture.

SDL Paris 2018 - Avec elle - Sans elle

En début d’année, j’ai lu (dévoré serait un mot plus adapté) la saison 1 de Sauveur & Fils 🙂 L’auteure de cette série, Marie-Aude Murail, était en dédicace sur le stand de l’Ecole des Loisirs en début d’après-midi. L’occasion de faire dédicacer la suite de Sauveur & Fils, ainsi que 3 000 façons de dire je t’aime et de rencontrer pour la première cette auteure à la bibliographie impressionnante. Rencontre courte (en raison de l’immense file d’attente qui me suivait) mais sympathique.

SDL Paris 2018 - Romans MA Murail

J’ai également profité du salon pour refaire un tour sur le stand des éditeurs d’Auvergne-Rhône-Alpes, où se trouvaient les éditions Amaterra et les éditions Balivernes. 2 maisons d’édition orientées jeunesse que j’aime beaucoup, pour la diversité et l’ouverture sur le monde de leur titre et la beauté des illustrations de leurs albums. J’ai trouvé de beaux albums à offrir à 4 petits lecteurs.

SDL Paris 2018 - Albums jeunesse

 

Du côté de mes activités d’auteur, j’ai passé, comme l’an dernier, un bon moment sur le stand de Librinova, la plate-forme d’autoédition avec laquelle j’ai publié mon premier roman. L’équipe organisait un speed meeting entre auteurs. Découvertes d’autres auteurs Librinova, échanges sur les différentes stratégies de promotion des livres, pouvoir mettre un visage sur certains noms croisés depuis plusieurs mois sur les réseaux sociaux, le tout dans une ambiance très sympathique.

J’ai -enfin- pu croiser dans le monde réel une sympathique blogueuse, qui vit également en Picardie : Aurélie, du blog Des Livres et Moi. Quelques minutes d’échanges, notamment sur son activité pendant le salon ou les auteurs qu’elle m’a permis de découvrir 🙂

Le hasard m’a également permsi d’exploiter la (longue) attente pour la dédicace de Marie-Aude Murail. J’ai sympathisé et beaucoup discuté avec mes 3 voisines « de patience » (après 25 minutes d’attente avant l’heure officielle de la séance, et pendant les 45 minutes suivantes pour attendre son tour, il y a largement le temps d’entamer la conversation). Après échanges sur les lectures, les auteurs respectivement déjà vus en dédicace, et autres sujets, j’en ai profité pour leur parler du Mystère des Ghénas, puisqu’elles lisaient notamment du roman adolescent. Une distribution de marque-pages plus tard, je me suis fait la remarque que sans stand, j’avais tout de même réussi à partir à la rencontre des lecteurs 😉

Une édition 2018 pour moi assez riche pour ce salon. Rendez-vous l’an prochain à Paris, et dans bien d’autres salons ailleurs d’ici là 🙂