Atelier d’écriture : Une force de la nature

Voici ma nouvelle participation à l’atelier d’écriture du blog Bricabook. Encore une photo à l’atmosphère énigmatique…

Bord de rivière avec brume - Emma Jane Browne

© Emma Jane Browne

Voici le texte que cette ambiance m’a inspiré.

Une force de la nature

Ca s’est passé un dimanche, au bord de l’eau. Je me souviens que j’avais mis une robe blanche, je ne sais pas pourquoi. Avec le recul, je trouve que cette couleur s’accordait bien avec ce qui s’était passé.

C’était une agréable journée de fin de printemps, assez douce même. Le genre de journée où les minutes s’écoulent paisiblement, où tout est calme et reposant, où l’on pourrait presque entendre l’herbe pousser et les fleurs éclore. J’avais eu envie d’aller me promener et la saine atmosphère de la campagne environnante m’avait conduite jusqu’à ce bord de rivière. Un vrai havre de paix. Je connaissais déjà cet endroit, je m’y promenais assez régulièrement. A bien connaître les lieux, c’est sans doute pour cela que je ne remarquai rien au premier abord. Mais un petit quelque chose se cachait dans ces lieux, un je ne sais quoi que je ne parvenais pas identifier.

Soudain, un bruissement, un mouvement, un souffle. La brume se leva soudain, le vent apparut comme par enchantement et fit tourbillonner branches et feuilles, et une atmosphère fantomatique m’enveloppa. Je ne reconnaissais plus le maysage que je traversais depuis plusieurs minutes. Je restai figée sur place, stupéfaite par ce brusque changement d’ambiance et comme hypnotisée par cette atmosphère étrange. Je ne sais combien de temps je restais ainsi, prisonnière de la nature. Plusieurs minutes ou seulement quelques secondes ? Le temps m’échappait. Je me souviens seulement que vent, brume et bruissement disparurent aussi mystérieusement qu’ils étaient apparus.

Je repris mon chemin, avec l’étrange sensation d’avoir croisé ce jour-là une force bien plus puissante et bien plus évocatrice que tout ce que l’Homme pouvait imaginer.

L’esprit de la nature.

Atelier d’écriture 283 : La fuite

C’est une nouvelle photo intriguante que nous a proposé cette semaine Leilona pour le nouvel atelier d’écriture de son blog Bricabook.

Photo d'un passager dans un train

Aucun ©

 

Voici le texte que cette photographie m’a inspiré.

La fuite

« Qu’est ce que je fais ici ? »

C’est ce que je n’arrêtais pas de me demander, en fixant non mes pieds, mais l’herbe qui défilait dessous.

Je n’avais pas perdu la mémoire, je me souvenais de tous les évènements qui m’avaient conduite jusqu’à cette plateforme du train. La façon dont j’étais montée dans ce train, haletante d’avoir couru pour être certaine de le prendre ; le désarroi du vendeur de la SNCF lorsqu’à sa question « Où voulez-vous aller ? » , ma réponse fut simplement « Je ne sais pas, pour la ville destination du prochain train qui partira. » ; les détours que j’avais fait pour arriver jusqu’à la gare, mon cerveau n’étant pas certain d’avoir pris la bonne décision ; les tergiversations devant mes armoires, pour savoir ce qu’il était absolument nécessaire d’emporter pour une absence pour l’instant temporaire ; le craquement de mes genoux quand je m’étais enfin levée du canapé, après y avoir passé plusieurs jours avachies, à me demander que faire de ma vie.

Le vide qui s’était emparé de moi les mois précédents avait trouvé son paroxysme dans cet immobilisme, pendant ces quelques jours où je m’étais pelotonnée dans à peine un mètre carré de tissu sombre. J’avais trouvé refuge dans le seul endroit qu’il détestait dans cette pièce, le seul endroit qu’il n’avait pas souillé de ses pensées négatives et destructrices.

Ce n’est qu’après son départ que j’avais saisi toute la méchanceté de ses paroles et de ses actes. Ce n’est qu’à se moment là que j’avais perçu le temps perdu à ses côtés, et les dégâts qu’il avait causés. Sur moi. Sur mon estime. Sur mes envies et mes espoirs.

Je ne m’étais pas tournée vers cette destination pour me trouver une nouvelle destinée, mais simplement pour fuir. Fuir le moment de choisir, fuir le moment de me relever, fuir le moment d’accepter l’idée que j’étais plus forte que l’image qu’il m’avait renvoyée. Et une fois dans ce train, fuir ma propre fuite m’avait conduite sur cette plateforme, à me demander pourquoi être encore là.

Je levais soudain les yeux. Mes pieds, je les connaissais déjà, même un peu trop, à force de les regarder lorsque je marchais dans la rue ou lorsqu’un inconnu m’adressait la parole. Mais les paysages, le nouvel horizon que traversait ce train, je ne les connaissais pas. Autant en profiter. Des bosquets ; ici un troupeau de vaches paissant tranquillement l’herbe d’ailleurs plus verts les uns que les autres ; là un hameau perdu, respirant la tranquilité. Des couleurs scintillantes, des bruits doux et mélodieux et des odeurs apaisantes s’engouffraient par la porte que j’avais ouverte. Elle devenait alors une fenêtre ouverte sur un monde merveilleux, simplement rempli de la vie. Le festival sensoriel qui envahissait le wagon me donna bientôt l’envie d’aller me promener dans ce paysage, de me laisser envahir par ses odeurs et ses couleurs. Un espoir germa en moi, celui de pouvoir y trouver un morceau de moi-même que je ne connaissais pas encore. Dans un petit coin de mon cerveau, une petite forme floue, portant un T-shirt mal ajusté imprimé du mot « Estime », disait timidement « coucou, je suis revenue… » Et mon esprit, plus grand mais marchant d’un pas mal assuré, lui répondit : « Viens, mettons nous en route ».

Alors, je sus ce que je faisais là. Je pris une grande inspiration de cet air simple, mais tellement puissant. Je retournai m’asseoir pour poursuivre, non plus ma fuite, mais mon cheminement nouveau.

Le coup de la panne

Je sors peu à peu de la panne d’écriture que j’ai traversé en septembre et octobre.

Certes, je n’ai pas forcément l’habitude d’écrire vraiment tous les jours. Pendant l’écriture du Mystère des Ghénas, il s’est parfois passé 1, 2 ou 3 semaines sans que le récit n’avance d’un seul mot. Mais pendant ces périodes sans écriture, l’histoire continuait d’infuser, d’autres petits textes émergeaient par ailleurs et des idées pour l’histoire en cours ou d’autres à venir faisaient irruption ici et là. Depuis mes premiers moments d’écriture, c’est la première fois que ni l’envie d’écrire, ni les petites idées créatrices ne se bousculaient.

Le coup de la panne

Il a fait mal, ce coup de la panne. Je ne l’ai pas vu arriver. Et je l’ai pris en pleine tête. L’auteur que je suis s’est retrouvé un peu sonné. Sonné d’abord de se rendre compte que rien ne venait, un crayon à la main. Puis, sonné de ne plus percevoir les rouages de l’imagination se remettre en marche. Je ne savais pas comment m’en relever. Je commençais des débuts de texte pour l’atelier d’écriture du blog Bricabook, que j’abandonnais après 3 ou 4 malheureuses petites phrases. Et puis, il y a 2 semaines, un déclic s’est produit en écrivant pour un atelier d’écriture. Mon esprit s’est redirigé vers les personnages de roman n°2, ainsi que vers roman n°3 dont l’idée germe depuis plusieurs mois. Maintenant, reste à rediriger mes doigts vers le crayon ou le clavier.

Ouf, il semblerait que cette panne d’écriture soit en passe d’être réparée.

Le coût de la panne

Moi qui m’étais fixé la fin de l’été pour terminer la version 1 de roman n°2, je suis loin du compte. 2 mois sans rien écrire, voilà qui ne va pas arranger ma progression.

Je ne rattraperai jamais ce qui n’a pas été fait au cours des dernières semaines. Pour me remettre dans le rythme d’écriture, je pense me lancer de nouveau dans le NaNoWriMo, qui commence aujourd’hui 1er novembre. (Vous ne savez pas ce qu’est le NaNoWriMo ? Je vous en parlais ici l’an dernier 😉 ). Mais je ne sais pas encore comment je vais le dérouler. Puisque le principe est d’écrire 50 000 mots en un mois, j’ai envie de remplir (enfin, tenter de remplir !) cet objectif numérique avec plusieurs textes différents, histoire de me remettre dans un rythme d’écriture régulier et intense. Pourquoi naviguer sur plusieurs textes ? Parce que je ne veux pas pour le moment bloquer mes envies d’écriture sur des textes qui seraient un peu trop récalcitrants. L’idée est tout de même de reprendre roman n°2, mais si l’inspiration vient pour d’autres histoires déjà imaginées ou à venir (pourquoi pas ?), je ne m’en détournerai pas.

Le cou de la panne

Pendant cette période de panne, j’ai eu 2 torticolis. Quel rapport avec la panne d’écriture, me direz-vous ? Aucun (encore que…). Mais cette confession me permettait d’ajouter un nouveau jeu de mots 😉

 

Atelier d’écriture : Sujet inversé

Leiloona du blog Bricabook nous a encore une fois proposé une sublime photographie. L’ambiance de cette semaine est assez énigmatique.

Arabesques, de Jordane Saget

© Jordane Saget

Voici le texte que cette photographie m’a inspiré.

Sujet inversé

J’attendais le signal, il est arrivé. J’avance jusqu’au point de repère : un dessin d’arabesque sur le sol, placé dans l’axe de l’éclairage d’un lampadaire. Me voilà entrée dans cette piste lumineuse. Les indications étaient claires : « Marche jusqu’au motif, place-toi sous le lampadaire et reste là. N’ai surtout pas l’air inquiète, tu dois simplement patienter une minute ou deux. » « Très bien, mais que dois-je faire pendant ces quelques minutes ? » « Observe le dessin, profite d’être exposée en pleine lumière, fais la belle ; tu es libre d’adopter n’importe quelle attitude, du moment que tu ne parais pas inquiète. »

J’adopte l’attitude la plus confiante possible. Au début, je tourne un peu sur moi-même, les yeux rivés au sol, suivant du bout du pied les courbes de ces jolies arabesques. J’imagine qu’un observateur pourrait être touchée par la grâce de mes gestes, et pourrait s’éblouir de ma prestance. Mais je perçois vite que là où je suis placée, je suis à contre-jour. Lorsque je relève la tête, je suis tellement aveuglée que je sens bien que personne ne peut découvrir les détails de mon visage ou de ma silhouette. La lumière diffusée par le lampadaire ne doit avoir qu’un seul but : illuminer ces arabesques sans me mettre en valeur.

Je dois cependant rester là et ne pas sortir de ce pavé artistique, c’est la consigne. Intérieurement, je commence à trouver le temps long. Les deux minutes sont écoulées depuis longtemps, et rien ni personne n’est survenu. J’ai l’impression d’être un gladiateur au milieu de l’arène, sachant pourquoi il se trouve là tout en ignorant ce qu’il va lui arriver.

La panique est sur le point de s’emparer de moi quand retentit soudain un cri : « Coupez ! » Toutes les lumières alentours s’allument, l’ensemble des techniciens s’agite et se met à courir partout et moi, je reste immobile. Le réalisateur court vers moi et vient me féliciter. « C’était parfait, la mise en lumière de ces arabesques était sublime, et par tes gestes, le spectateur sera emporté dans leurs tourbillons. On ne t’aperçoit quasiment pas. Ce sera un plan génial ! Bon c’est tout, on a terminé avec toi. On te rappellera peut-être pour la fin du tournage. »

Je suis devenue actrice pour vivre des expériences et des vies différentes, je suis devenue actrice pour être quelqu’un d’autre, je suis devenue actrice pour être vue. C’est la première fois que l’on me dit que le plan dans lequel je suis est fantastique. Mais c’est parce que je n’en suis pas le sujet. Je me sens vide et transparente. Je quitte le plateau, emportant avec moi mes espoirs resplendissants, me contentant de disparaître dans la masse anonyme de toutes celles qui font le rêve de briller.

Atelier d’écriture 280 : Hors du temps

Voici ma nouvelle composition pour l’atelier d’écriture de Leiloona du blog Bricabook.

Photographie de Sandra Woua

© Sandra Woua

 Je ne sais pas si ma « panne d’écriutre » se guérit, mais c’est le premier texte que j’arrive à terminer en 3 semaines. Est-ce bon signe ? Réponse peut-être la semaine prochaine… Bonne lecture.

Hors du temps

Une pelouse verte, quelques fleurs et herbes folles, une brouette et un broc. Rien d’autre ne décore cette scène et pourtant, la nature n’y est ici pas morte. Par la seule présence de cet enfant, la vie entre dans ce tableau. Un enfant sautillant ou dansant peut-être. Joyeux en tout cas. Rien ne permet de savoir ce qu’il vit, ce qu’il ressent. Ce que nous voyons est-il le fantôme d’un moment passé, le reflet de sa joie présente ou ne serait-ce pas plutôt l’envie de croire en l’avenir ? Après tout, cet enfant est-il réellement présent dans cette scène ? N’est-il apparu ici que par l’effet d’une sensation, d’une envie, celle qui consiste à vouloir absolument qu’un enfant joue dans un paysage aussi doux et joyeux ?

Lorsque nous  observons, qui commande et décide de ce que nous voyons ? L’oeil, organe technique qui nous indique ce qui est représenté, ou le coeur, organe sensoriel qui nous entraîne dans les moindres recoins de nos émotions, de nos envies et qui, par un détour au creux de notre mémoire, ramène à la surface les souvenirs les plus profonds et les ressentis qui les accompagnent ?

Voilà à quoi pense le passant devant la vitrine d’une galerie exposant cette photographie. Il pensait à toute autre chose avant de poser l’oeil sur ce cliché. Des choses anodines du quotidien, quelques tracas imbéciles qui occupent parfois toute la réflexion, ne laissant que peu de place aux interrogations philosophiques. Mais son regard a été attiré par l’aspect quelque peu irréel de cette photographie envoutante. Il y jette un dernier coup d’oeil et repart avec une sensation étrange. Il ne soupçonnait pas que ces quelques secondes d’observation l’entraînerait vers d’autres horizons intellectuels. Il s’en étonne et reprend son chemin, se demandant désormais s’il retrouvera de sitôt le pouvoir de s’éveiller comme il vient de le faire et de s’interroger sur les choses de la vie, de crainte de finir par être hors du temps à force de ne plus se préoccuper des choses qui l’entourent.