Mais t’es pas là, mais t’es où ?

C’est la question que vous pourriez me poser, vous qui fréquentez ce blog, après ma dernière publication qui remonte déjà à plusieurs mois. Je pourrais presque me la poser moi-même, tellement le temps passe vite.

Côté perso, j’ai été très occupée avec les effets de mon déménagement. Tout ranger et aménager prend du temps, vous le savez certainement ; surtout quand le nouveau logement offre également un jardin qui procure de belles et saines occupations. J’ai passé l’été à ranger et aménager mon potager, et à profiter de ses premiers bienfaits, notamment des fruits que j’ai pu récolter tout l’été. La cuisine a embaumé de la bonne odeur de confitures de fruits rouges en juillet et depuis début septembre, c’est la compote de pommes qui a pris le relais.

Corrections et confiture

Mais je n’ai pas fait que ranger, jardiner ou cuisiner depuis 4 mois. J’ai aussi consacré du temps aux corrections de roman n°2. Elles ont bien avancé, cependant un peu trop doucement à mon goût. Courant août, mon manuscrit s’est retrouvé agrémenté de corrections de coquilles, de quelques flèches pour inverser des paragraphes ou d’autres plus nombreuses introduire un complément rédigé au verso du manuscrit.

J’ai aussi essayé de traiter le plus de notes de bas de pages possibles. Eh oui, j’ai l’habitude, pendant que j’écris de me laisser des notes de bas de pages. Que contiennent-elles ? Des interrogations sur ce que j’ai écrit (cette situation est-elle vraisemblable ? Ce que je fais dire à un personnage est-il en accord avec les chapitres précédents ?) ; des points  d’Histoire, juridiques, scientifiques à vérifier ; des idées farfelues à creuser.

Pas encore de rayures cisaillant un paragraphe entier, mais quelques mots qui disparaissent parce qu’ils sont de trop, ou qui sont remplacés au profit d’un synonyme plus adapté.

Toutes ces corrections apportées à la version papier, doivent maintenant être reportées dans le tapuscrit. Je suis maintenant dans la (très) longue phase de correction du fichier de roman n°2. Je dois notamment traiter les concordances de temps et repasser au présent de nombreux passages. Ce deuxième roman est en effet écrit au présent, l’histoire n’avançant que par le point de vue et le rythme des découvertes du personnage principal. L’écrire au passé aurait sans doute conduit à introduire des réflexions d’aujourd’hui sur ce qui lui est arrivé auparavant, et je souhaitais conserver dans l’écriture de cette histoire toute la candeur et la spontanéité des émotions du héros. Le choix du présent s’est donc imposé. Mais parfois emportée dans mes habitudes d’écritures, j’ai écrit au passé de nombreux passages que je dois désormais écrire « dans le bon temps ». Tout ce travail, nécessaire à une bonne cohérence de l’histoire, a tout de même eu raison de ma patience il y a quelques semaines. Je soufflais rien qu’en voyant le nombre de pages restant à travailler 😦 J’ai même commencé à développer de nombreux passages de roman n°3 pour m’aérer l’esprit. Cela a été bénéfique car depuis plusieurs jours, me revoici attelée à roman n°2 et à ses modifications.

A ce jour, plus de la moitié du tapuscrit a été corrigée. J’espère finir rapidement (d’ici 2 semaines), pour enfin l’adresser à mes bêta lecteurs 🙂

 

Projet « Premier roman » : manuscrit terminé !

Ca y est : le manuscrit de mon premier roman est ter-mi-né !!!!!!!!!!!!! Enfin, devrais-je dire, la version définitive de mon manuscrit, celle que je suis prête à publier !

Manuscrit du Mystère des Ghénas

photos © Amélie Haurhay

J’aurais en tout composé 5 versions du roman complétement rédigé. Bien entendu, avant même d’arriver à la version 1, il y a eu plusieurs étapes de conception. Cette version 1, qui comprenait l’histoire entièrement écrite, a été terminée début mai. Mais avant d’en arriver là, j’avais édité mon brouillon 2 ou 3 fois. Ça avait été l’occasion des premières relectures, pour commencer à apprécier l’histoire dans sa globalité, corriger des fautes de frappe, se rendre compte que tel paragraphe devait être déplacé, ou qu’à tel endroit, il manquait un petit quelque chose pour que l’histoire fonctionne. Et ces 5 versions ont donné lieu à plusieurs relectures, dont la dernière vient enfin de s’achever (voir mon précédent billet : Une dernière relecture, et au lit !).

C’est d’ailleurs l’occasion idéale de vous expliquer comment je travaille. Bien que passionnée de nouvelles technologies, du web et de ses règles de fonctionnement, des réseaux sociaux et de leurs codes, en ce qui concerne l’écriture, je reste… traditionnelle. Eh oui, j’écris sur papier ! Sur de vieux cahiers incomplets (ça permet de faire de la place dans les placards, et de ne pas gaspiller de papier), sur des reliquats de copies doubles (ah, les vieux souvenirs du lycée et de la fac !!). Pourquoi le papier ? Parce que ma plume se libère beaucoup plus sur papier que sur clavier ; cependant, tout dépend des phases d’inspiration et certains jours, c’est vers le clavier que je me dirige directement et alors le crépitement des touches n’en finit plus. Mais la plupart du temps, j’écris d’abord sur papier, puis je retape mes textes. Cette phase de frappe du brouillon papier me permet déjà de corriger certaines fautes, d’améliorer certaines tournures de phrases ou encore de trouver le bon mot que je cherchais lors de l’écriture initiale. Et puis l’avantage du cahier, c’est que je peux l’emmener partout (en vacances, en week end chez les amis, dans le train, dans l’avion, etc.). Vous me direz sans doute qu’une tablette pourrait remplir le même rôle. Mais voilà, je n’ai pas de tablette et n’en souhaite pas, même si je reconnais que c’est très utile.

Pour terminer, je voudrais profiter de ce billet pour remercier mes premiers lecteurs. Mathilde, Dominique, Peggy, Sandrine et Déborah : merci beaucoup 🙂 Vous avez bien voulu découvrir et lire cette histoire. Vos retours enthousiastes et vos remarques constructives m’ont permis d’avancer dans l’écriture et la réalisation de ce roman. Vous avez aussi largement participé à la phase « correction des fautes ». Mille merci ! En espérant pouvoir de nouveau compter sur vous pour d’autres relectures 😉 .

Une dernière relecture, et au lit !

Hier soir, j’ai (enfin) commencé la dernière relecture du manuscrit de mon premier roman. Cette dernière relecture doit conduire à la version définitive du livre.

Cette dernière relecture, je la repousse depuis environ 2 semaines. Pourquoi  ? Un peu d’occupations autres, beaucoup de travail au boulot, notamment. Mais aussi une grosse vague d’inspiration pour mon second roman. Et comme les deux histoires relèvent de genres et d’univers tellement différents, je ne peux absolument pas mélanger les deux activités.

Mais voilà, il faut bien parvenir à terminer définitivement ce livre. Aboutir à la version finale, celle qui sera proposée aux lecteurs lors de la publication.  A la version que je vais devoir laisser s’échapper, pour aller vivre sa vie d’histoire livrée aux regards et à l’imagination des lecteurs…

J’ai donc entrepris hier soir de me (re10)lire encore une fois. Cette fois-ci, il s’agit de vérifier que la ponctuation est correcte, et de se laisser porter par l’histoire en s’empêchant de venir modifier tel ou tel mot. Il faut bien à un moment admettre que le texte existe déjà tel qu’il est formulé, et qu’il n’est plus nécessaire d’y toucher.

Malgré tout, avoir repoussé cette dernière relecture de plusieurs semaines m’a permis de bien laisser reposer le roman. Et ainsi de me rendre compte du plaisir que j’ai, à chaque fois encore plus intense, de (re)découvrir cette histoire. Et de pouvoir me dire, devant ce plaisir toujours renouvelé à chaque relecture : « C’est moi qui l’ai fait ! »  (oui, je sais, ça ressemble un peu à de l’autosatisfaction, mais comme il s’agit de mon premier roman, j’ai encore du mal à assumer la casquette « auteur » qui se cache derrière l’écriture d’un premier roman).

Allez, encore quelques heures de cette énième relecture et tout sera ficelé.

 

Finalement, j’ai hâte que ce premier roman soit véritablement terminé 🙂

 

Bienvenue sur mon blog d’auteur !

Bonjour à tous, aujourd’hui, je mets en ligne mon blog d’auteur.
Comme vous pourrez le lire dans la rubrique A propos, je parle ici de mon activité d’auteur et de l’actualité autour de mes écrits.

Je m’apprête à publier mon premier roman. Le titre ?  Patience, je vous le dirai très bientôt 😉 L’histoire ? Là encore, un peu de patience. Je ne veux pas trop la dévoiler pour le moment (d’autant que je n’ai pas encore rédigé le résumé, pour la quatrième de couverture ! et croyez bien qu’écrire un résumé de 10 à 15 lignes est finalement plus difficile que d’écrire un roman de 200 pages !!). Mais je peux déjà vous dire qu’il s’agit d’un roman pour adolescents et jeunes adultes (mais qui n’est pas interdit aux « grands » adultes 😉 ), qu’il parle d’une héroïne curieuse de tout (et dans son cas, ce n’est pas un vilain défaut !) et que le décor  principal de cette histoire comporte une forêt, une rivière et un village.

J’ai terminé la période de relecture et corrections des fautes (de frappe ou de conjugaison), de modifications des incohérences et de derniers compléments à la bonne fluidité de l’histoire.

Il me reste à vérifier certaines règles de mises en forme ou d’écriture. Et à relire une dernière fois ce premier roman, auquel j’ai consacré 18 mois, de la toute première idée jusqu’à la version finale.

Il faut maintenant être patiente, ne pas brûler les étapes, et peaufiner ce beau projet avant sa publication (en ebook) 🙂 .