Retour de salon : le salon du livre de Bondues

Cette année avait lieu la 19ème édition du Salon du livre de Bondues. Cette année avait lieu ma première visite à ce salon littéraire.

J’y allais pour y rencontrer des auteurs en particulier. Par la même occasion, j’ai fait 2 découvertes.

Les auteurs que j’avais prévus de rencontrer pour des dédicaces

Romans achetés au salon du livre de Bondues

© Amélie Haurhay

En premier lieu, je me rendais à Bondues pour y rencontrer Amélie Antoine, l’auteur de Fidèle au poste. Si vous n’avez pas encore lu ce thriller psychologique incroyablement bien ficelé et addictif, foncez, vous ne serez pas déçus (pour information, Fidèle au poste vient de sortir au format poche). C’est la deuxième fois que je rencontrais Amélie Antoine, après l’avoir croisée en novembre au salon du livre du Touquet. Elle est vraiment sympathique et c’est super agréable de discuter avec elles de ses livres ou d’écriture. Elle présentait en avant-première au salon de Bondues son second roman édité en papier : Tant qu’on a que l’humour (qui ne sera disponible en librairie qu’à partir du mois de mai, si je me souviens bien). J’ai donc à ce jour tous les romans papier d’Amélie Antoine dédicacés dans ma bibliothèque !

J’allais ensuite à Bondues pour faire dédicacer l’édition collector qui rassemble en un seul livre 2 romans de Samantha Bailly : Âmes jumelles / Âmes rebelles. Je n’ai encore jamais lu du Samantha Bailly (ces 2 romans seront les premiers), auteur que j’ai découverte via sa chaine Youtube où elle diffuse des vidéos-conseils sur l’écriture et le métier d’auteur. De nombreuses fans étaient là pour rencontrer Samantha.

Il y avait également de nombreux admirateurs venus voir Babette de Rozières, cuisinière que vous connaissez peut-être si vous regardez l’émission C’est à vous sur France 5. Me voilà donc avec mon premier livre de cuisine dédicacé par le cuisinier en question 🙂

Les auteurs que j’ai découverts en visitant le salon

Ce que j’adore dans les salons du livre, c’est découvrir de nouveaux auteurs. Ma moisson au salon du livre de Bondues s’élève à 2 découvertes.

© Amélie Haurhay

Tout d’abord, j’ai découvert l’auteur Guillaume Le Chevalier et son roman jeunesse L’Envol, publié aux Editions Nord Avril. Je vous en propose ici le résumé :

L’Envol

Sylvain, jeune collégien, s’installe à Perros-Guirec avec ses parents. En compagnie de son cousin Soïg, il va découvrir l’univers des oiseaux et de la mer, mais aussi s’affranchir et gagner une certaine confiance en lui.
Parrallèlement, Soleil Fou, un jeune Fou de Bassan, naît sur l’Ile Rouzic. Il fera de belles rencontres, mais va découvrir la vie et ses dangers, jusqu’au premier envol…

Leurs destins vont se croiser au moment où un projet d’extraction de sable se concrétise dans la Baie de Lannion, mobilisant une partie de la population.

Un roman sur la sensibilisation à l’environnement, voilà qui correspond à mes convictions. Je n’ai donc pas hésité. J’ai aussi apprécié la discussion avec cet auteur sympathique.

En attendant patiemment le moment de ma dédicace avec Babette de Rozières, je me suis intéressée aux romans de son voisin, Eric Fouassier. Cet auteur écrit des romans policiers historiques. Je me suis laissée par les 2 déjà parus. Je vous en livre ci-dessous les résumés.

Le piège de verre

1503, trois alchimistes sont retrouvés assassinés, d’étranges lettres gravées sur le front. Convaincue qu’un complot se trame à l’ombre de la Couronne, la reine Anne de Bretagne fait appel, pour mener l’enquête, à la jeune apothicaire Héloïse Sanglar, accompagnée du baron de Comballec, un soldat autoritaire et rude. Afin de déjouer la machination conçue par un esprit dérangé, les voici contraints de décrypter les énigmes et codes secrets d’un mystérieux parchemin.

Vitrail aux pouvoirs mortifères, sciences occultes, disparitions mystérieuses… les menaces pleuvent sur Héloïse, bien décidée à venir à bout des adversaires du roi. mais les temps sont difficiles quand on est une femme, et, afin de survivre, il lui faudra l’aide de tous ses alliés, peut-être même celle de son amour de jeunesse, le chevalier Bayard. À moins que l’attrait grandissant que Comballec exerce sur elle ne bouleverse ses plans…

Bayard et le crime d’Amboise

1498, Charles VIII meurt à Amboise. La tête du roi aurait violemment heurté un linteau de pierre et il aurait succombé à ses blessures. Tous pensent qu’il s’agit d’un accident. Tous, sauf un quasi-inconnu qui vient de se distinguer à la bataille de Fornoue, lors de la première campagne d’Italie.
Le seigneur de Bayard, malgré sa jeunesse, ne manque pas d’audace. Bien que nul ne semble avoir pu approcher le roi, il est convaincu que celui-ci a été assassiné. Épris de justice, il demande l’accord du premier chambellan, Philippe de Commynes, ainsi que la bénédiction de l’épouse du roi, Anne de Bretagne pour élucider ce crime impossible. Mais il doit faire vite, avant que ne se dispute la succession au trône, et il s’engage, avec le soutien de la belle Héloïse Sanglar, dans une véritable lutte contre le temps.

Voilà donc de nouvelles belles lectures dans ma Pile à Lire, avant de me rendre à Paris samedi pour le salon Livre Paris 🙂 Ma bibliothèque va prochainement avoir un sérieux problème de place !

Retour de salon : le salon du livre d’Albert

Les 15 et 16 octobre dernier se tenait le 5ème salon du livre d’Albert (Somme). C’est la seconde fois que je me rends à ce salon, qui me permet à chaque fois de découvrir de nouveaux auteurs et illustrateurs. Ce salon du livre rassemble en effet à chaque fois des auteurs de littérature contemporaine, des auteurs et illustrateurs jeunesse et des auteurs et dessinateurs de BD.

Je suis revenue les bras bien chargés, notamment de livres jeunesses pour les petits bouts de la famille. Peu de livres supplémentaires pour moi, m’étant déjà fait plaisir la semaine dernière au salon du livre d’Aumale, et ayant une Pile à Lire qui commence sérieusement à déborder !

Est d’abord revenu d’Albert un livre sur la pomme de terre, sobrement intitulé… Pomme de terre (il y a tout de même un complément au titre : Histoires, recettes et rencontres en Picardie 😉 ). Ce livre d’Hélène Adrien-Bouchardeau et Emilie Le Gulvout est édité par les éditions Cours Toujours, éditeur picard. Je vous en livre la quatrième de couverture :

Elle est généreuse, elle est goûteuse, elle a une histoire extraordinaire et on ne peut plus s’en passer… Elle inspire, elle attire, elle étonne, elle a toute sa place dans le patrimoine de la Picardie : la pomme de terre est un trésor ! Connaissez-vous son origine, ses vertus, ses secrets ? Savez-vous que Parmentier était picard ?

Ce livre met en lumières les multiples facettes de ce formidable tubercule. Rencontres avec les passionnés, anecdotes, informations botaniques, diététiques, scientifiques et industrielles, astuces, conseils de jardinage, recettes traditionnelles et de grands chefs…

De surprises en surprises, le livre vous invite à une exploration curieuse et inédite de cet univers plein de richesses. Un livre à parcourir dans tous les sens au gré de votre fantaisie !

Le second livre que j’ai ramené pour moi est Promenade au Pays des Hobbits, de Jean-Rodolphe Trulin, édité chez Terre de Brume. Il s’agit là pour moi de mieux connaître l’univers de Tolkien, dont je suis assez fan. Ce livre est consacré à l’exploration de la Comté, le pays des Hobbits. En voici le résumé :

Souvent traversée et quittée en hâte par des personnages préoccupés par leurs propres quêtes, la Comté de J.R.R. Tolkien (1892-1973) méritait qu’on s’y attarde un peu. Quel lecteur du Seigneur des Anneaux n’a pas déjà songé à marcher dans les pas de Bilbon, de Frodon ou de Tom Bombadil sur les chemins de l’aimable pays des Hobbits ? Quel lecteur ne s’est pas étonné de l’apparence de réalité qu’offre ce monde rural imaginaire pourtant si familier et si parfaitement cohérent ?

En passant par les agréables sentiers de la géographie, de la toponymie, de l’onomastique, à la rencontre de mots exprimés dans des langues historiques ou imaginaires, les Promenades au Pays des Hobbits offrent au lecteur sept itinéraires à travers la Comté, dans ses villages, ses collines, ses forêts, le long de ses rivières et de ses étangs cernés de joncheraies. Autant de motifs qui se côtoient et se répondent d’un texte à l’autre, de romans en poèmes, en formant les somptueux tableaux campagnards d’un univers secondaire qui évoque fortement une Angleterre rurale chère aux souvenirs de J.R.R. Tolkien, dont on célèbre cette année les 120 ans de sa naissance.

Viennent ensuite 6 albums pour enfants, de 3 auteurs ou illustrateurs différents.

De Christine Naumann-Villemin : La princesse coquette (illustrations : Marianne Barcilon). L’histoire d’une petite fille qui veut s’habiller comme une princesse alors que ses habits ne sont pas adaptés au temps qu’il fait. Mais elle va vite découvrir qu’il y a plein d’autres vêtements amusants. Je vous invite à en découvrir le résumé sur le site des Editions Kaléidoscope.

J’ai découvert l’auteur-illustrateur Edouard Manceau. De lui sont d’abord arrivés chez moi 2 petits albums pour les petits sur les animaux. Une explication amusante au pourquoi du comment les animaux sont ce qu’ils sont : Tougoudou l’escargot, et Paf le canard, aux éditions Frimousse, dans la collection La P’tite étincelle. Ensuite un album intitulé Le caca du coucou, toujours aux éditions Frimousse, dans la collection Maxi Boum. Une histoire très rigolote sur un coucou qui ne dit pas « Coucou » ! J’ai enfin retenu l’album Tous pareils. Petites pensées de sagesse caribou, aux éditions Milan. Une jolie histoire pour découvrir que malgré nos différences, nous sommes tous pareils !

Pour terminer, j’ai découvert l’illustrateur Clément Lefevre, via l’album Thomas le magicien, aux éditions Seuil Jeunesse. Une jolie histoire de Sébastien Pérez sur un petit garçon, Thomas, qui cherche quel inventeur il pourrait être, pour faire honneur au prénom de Thomas Edison…

Livres ramenés du Salon du Livre d'Albert 2016

Photos ©Amélie Haurhay

Retour de salon : le salon du livre d’Aumale

Samedi 8 octobre avait lieu le salon du livre d’Aumale (Seine-Maritime).

C’est la première fois que je me rendais à Aumale, et donc que je me rendais à ce salon du livre. Pourquoi y allais-je ? Pour y rencontrer un auteur que j’avais découvert en mars au Salon du Livre Paris. Et parce que Aumale n’est pas loin d’Amiens.

Je ne vous parlerai pas de l’ensemble des auteurs qui s’y trouvaient, mais uniquement de ceux avec qui j’ai discuté (un peu ou beaucoup) et à qui j’ai acheté un ou plusieurs livres. Car l’avantage des salons du livre, c’est toujours de découvrir de nouveaux auteurs, et souvent des auteurs encore peu connus du public. Donc autant profiter de ce billet pour leur donner encore un peu plus de présence.

A Aumale, j’ai donc rencontré Mathieu Valentin, l’auteur de la série d’héroïc-fantasy Le Quatrième Ordre. Vous en trouverez la présentation sur le site de l’éditeur, A contresens édition. Je termine actuellement le premier tome de sa série : La Rencontre. Que raconte cette série ? Je vous retranscris ci-dessous la quatrième de couverture :

Bibi Sans-Nom-de-Famille, dernier survivant des Purs, est issu d’un Ordre oublié, les Guerriers-Mages. Éduqué en secret par un Maître qui l’oblige à se terrer, il fait pourtant le choix de prendre la route pour participer à un évènement majeur : la Rencontre.

La Rencontre réunit et oppose les meilleurs adversaires du Monde. Ainsi se retrouvent là les Ordinaires, les Guerriers et les Mages. Mais la présence des Sombres plane sur Belleterre, la Capitale…

Comme cette histoire me plaît beaucoup, j’ai donc fait l’acquisition lors du salon du tome 2 (Résurrections) et du tome 3 (Frontières). Ces 3 tomes et leurs dédicaces sont donc maintenant bien installés dans ma bibliothèque et dans ma pile à lire.

J’ai ensuite fait l’acquisition de 2 romans, d’auteurs que je ne connaissais pas du tout.

Toujours aux éditions A contresens : Petit Dragon et le crâne de cristal, de Philippe Halvick. Un roman d’héroïc-fantasy où, comme le dit l’auteur, les personnages phares de ce type d’histoire ne sont pas exactement ce qu’on attend d’eux : le barbare est-il vraiment peu bavard et rustre ? Le voleur est-il vraiment rusé ? etc. En discutant avec l’auteur, la référence au Donjon de Naheulbeuk est d’ailleurs venue naturellement 😉 En voici le résumé de la quatrième de couverture :

Pour assurer sa survie, Frann Golpay, victime de la cruauté du mage Gwarficks, se doti d’obéir à ses plans machiavéliques. Commence alors pour lui une longue et périlleuse expédition vers la citadelle des âmes mortes, dont personne n’est jamais revenu. Son but, retrouver le légendaire « crâne de cristal ». Bientôt, d’étranges compagnons rejoignent Frann, un barbare condamné à servir de petit-déjeuner aux monstres des mers, une elfe au regard envoûtant et un dragon intrépide, tout juste sorti de l’œuf. Mille dangers les guettent et leur temps est compté…

Enfin, je suis revenue avec une comédie policière sur fond de voyage en train, écrite par Dany Bayle Ribes : Compartiments suspects (vous trouverez la quatrième de couverture sur son site 😉 ).

Salon du livre d'Aumale - Romans achetés

photos © Amélie Haurhay

 

Maintenant, il ne reste plus qu’à découvrir ces différentes histoires 🙂