Ecriture en cours, Etre auteur, Roman

Devoirs de vacances

Il n’y a pas que les enfants qui remplissent leur cahier de vacances. Les auteurs aussi ! En ce qui me concerne, mes devoirs de vacances ont commencé lorsque mes bêta-lectrices et mon bêta-lecteur m’ont fait part de leurs retours de lecture sur mon troisième roman.

Découvrir les avis de ses bêta-lecteurs : une joie mêlée d’angoisse

Dans mon précédent billet, je vous annonçais que le manuscrit de Roman n°3 venait de partir en bêta-lecture. Mes bêta-lectrices et mon bêta-lecteur avaient jusque mi-juillet pour se plonger dans cette nouvelle histoire et me faire leur retour.

Pendant la période comprise entre l’envoi du manuscrit et l’arrivée des premiers retours, que d’émotions ! La joie d’être enfin arrivée à cette étape importante dans le processus de création d’un nouveau roman ; l’excitation en les imaginant découvrir les différents passages importants de cette nouvelle histoire ; et l’angoisse de l’attente de leurs retours. Allaient-ils aimer l’histoire, ses personnages, le ton et l’atmosphère ? Allaient-ils comprendre où je souhaitais aller ? N’allaient-ils pas trouver qu’il manque quelque chose, voire que tout ça ne tenait pas la route ? Bref, les questions habituelles que peut se poser un auteur ou une autrice lors de cette étape de bêta-lecture.

Et vers mi-juillet, les retours sont arrivés : par mail, téléphone, et même deux en discussion directe. L’angoisse était toujours présente, mais quel plaisir d’enfin découvrir ces premiers avis.

Certains auteurs ne passent pas par cette étape. Moi, je sais désormais que je ne pourrais pas m’en passer, car elle apporte énormément de points positifs.

Photo de lilartsy sur Pexels.com

Positiver la bêta-lecture

Le premier, c’est la critique, à prendre dans tous les sens du terme. Toute remarque, même négative, est constructive. Lorsque l’un de vos bêta-lecteurs vous dit : « Là, c’est trop, ôte un ou deux détails et ce sera beaucoup plus fluide », cette remarque doit vous amener à rendre votre texte encore plus présentable et lisible. Lorsque un autre de vos bêta-lecteurs remarque que vous êtes un peu dur avec l’un de vos personnages, vous comprenez que vous devez être plus indulgent avec ledit personnage si vous ne voulez pas perdre vos lecteurs.

Voilà le deuxième point positif : découvrir les réactions de vos premiers lecteurs. Vos bêta-lecteurs ne seront pas vos seuls lecteurs (espérons-le pour la future longue vie de votre roman 😉 ), mais leurs réactions et avis seront assez représentatifs de ce que d’autres lecteurs penseront de votre histoire. Alors, quand ils vous disent qu’ils ont adoré tel passage, qu’ils se sont attachés à tel ou tel personnage, vous devinez comment les autres lecteurs s’approprieront votre roman.

Parfois, vos bêta-lecteurs vous invitent à ôter ou ajouter certains éléments. Dans le cas de Roman n°3, tous mes bêta-lecteurs étaient d’accord sur un point : pendant la première partie de l’histoire, il manque quelque chose, un petit rien qui permet de mieux introduire ce qu’il va se passer dans la seconde partie. Et l’une de mes bêta-lectrices m’a également indiqué qu’il lui manquait un passage. « Tu parles d’un évènement qui se prépare mais tu décris trop rapidement le déroulé de cet évènement. Moi, je veux le lire et découvrir tout ce qu’ils vont se mettre sous la dent ! » Effectivement, je suis passée à côté de ce passage

A moi de jouer

Maintenant que ces premiers avis sont arrivés (ainsi que les corrections de conjugaison et de fautes de frappe 😉 ), à moi de jouer et de remanier ce manuscrit.

3 étapes sont prévues pour cette nouvelle et (si tout va bien) dernière étape de correction.

D’abord, modifier certains traits de mes personnages. Pas grand chose, rien qui ne vienne remettre en cause qui il sont, mais amplifier certains de leurs traits de caractères ou par un petit mot, donner aux personnages secondaires un peu plus de place.

Ensuite, ajouter le passage qui a tellement manqué à l’une de mes bêta-lectrices. Comme il s’agit d’un évènement festif où les personnages vont effectivement se mettre sous la dent beaucoup de bonnes choses à manger, vous imaginez à quel point écrire ce passage sera à la fois excitant et très tentant !

Enfin, placer dans la première partie ces petits riens qui doivent permettre au lecteur de se questionner sur… Chut ! Je ne peux rien vous dire ici 😉

Allez, au travail !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.