Ecriture en cours, Etre auteur, Roman

Mon bilan d’écriture de juin

Je me créé ici un nouveau petit rendez-vous : un bilan mensuel de mes travaux d’écriture. Un petit résumé de ce que j’ai pu (ou pas ?) faire avancer, pour vous faire partager l’envers du décor ; histoire aussi de me permettre de mesurer l’avancée de mes différents projets.

Le puzzle de Roman n°3

C’est peu dire que je n’ai pas avancé comme je le souhaitais dans roman n°3 ! Moi qui souhaitais que la première version soit terminée pour fin juin, c’est seulement cette semaine que je vais parvenir à cet objectif.

Image par Free-Photos de Pixabay

C’est sans doute parce que j’écris Roman n°3 par morceaux, et dans le désordre, que j’ai cette impression de ne pas avancer. Dire que je n’ai pas suivi de plan est un euphémisme ! Alors que l’expérience acquise sur les 2 premiers romans voudrait que j’ai consacré un temps précieux à l’élaboration du plan, point de plan pour ce troisième roman ! Je savais ce que je voulais raconter, je savais où je voulais arriver, et pour une fois, je connaissais la fin dés le début de l’écriture. C’est d’ailleurs par la fin que j’en ai commencé l’écriture. Si ma fin ne tenait pas la route, si elle ne provoquait ni émotion ni retour sur tout le reste de l’histoire, le roman tout entier ne tenait pas la route.

Le reste de mon écriture s’est passé de façon habituelle : un carnet, des stylos de toutes les couleurs en fonction de ceux qui me tombaient sous la main lorsque l’inspiration venait, et des temps d’écriture plus ou moins longs et réguliers. En parallèle de l’écriture de cette première version, j’ai également mené des recherches et des lectures sur certains sujets utilisés en arrière-plan de cette histoire. Et ces lectures ont généré d’autres idées, qui sont venues renforcer certains aspects du roman. J’ai donc commencé à ajouter des passages, pas dans l’ordre où ils se présentent dans le livre mais dans l’ordre où ils se manifestaient dans mon esprit. Presque comme lorsqu’on fait un puzzle, où l’on commence par les bordures puis par certains morceaux de l’image ou du dessin qui nous semblent plus faciles. L’écriture de cette première version de Roman n°3 ressemble presque à la construction d’un puzzle et, à travailler cette histoire par morceaux, parfois en revenant sur certains passages déjà écrits, j’ai presque eu l’impression d’être déjà dans une phase de relecture ces dernières semaines, alors que je termine seulement la frappe du premier jet. Ça aussi, c’est inédit dans ma façon de travailler mes romans, et je ne suis pas certaine de reproduire cette situation à l’avenir.

Des avancées dans le plan de roman n°4

Depuis que j’ai commencé l’écriture de romans, il s’est toujours présenté à mon imagination plusieurs idées en parallèle, presque en cascade. L’idée de 6H66 est arrivée alors que la première version du Mystère des Ghénas n’était pas encore partie en lecture auprès de mes bêta lecteurs ; je n’avais commencé l’écriture de 6H66 que depuis 3 mois que l’idée de Roman n°3 germait déjà et le pitch s’écrivait en à peine 15 minutes ; et l’idée de Roman n°4 est déjà ancienne, alors que le premier jet de 6H66 n’était pas encore terminé.

Donc, alors que l’écriture de la première version de Roman n°3 traîne un peu en longueur, le scénario de Roman n°4 se construit. Je vous disais dans un précédent billet (Bilan du confinement d’une autrice non confinée) que je me demandais même si je n’allais pas essayer de fusionner les idées de Roman n°4 et Roman n°5 ensemble. Finalement, ces deux histoires existeront bien de façon indépendantes. J’ai en effet identifié un nouvel élément qui rend plus solide le démarrage et la construction de l’intrigue de Roman n°4.

J’ai donc pu avancer dans l’écriture du plan de ce futur quatrième roman. Car ici, il y aura bien un plan, structuré et détaillé bien avant le commencement de l’écriture ; et mes recherches préparatoires seront bien faites avant l’écriture (en tout cas, pour celles que j’ai déjà listées et qui me sont nécessaires pour bien compléter mon plan). Un processus d’écriture qui se montre déjà bien différent de Roman n°3.

A suivre…

2 réflexions au sujet de “Mon bilan d’écriture de juin”

  1. Avec ou sans plan, on sort toujours du plan de toute manière, non ? Alors soyons fous, sortons des contraintes pour libérer l’écriture !
    Merci de partager ton expérience d’auteur ( je n’arrive pas à me faire à « Autrice »), ça peut ôter bien des complexes à ceux qui n’ont pas encore osé se lancer…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Math pour ton commentaire 🙂 Effectivement, même avec un plan arrive toujours le moment où on s’en éloigne, plus ou moins selon les envolées de l’écriture. Dans le cas de 6H66, j’ai toujours suivi mon plan, mais en ajoutant des éléments par ci par là, qui s’intercalaient bien avec le reste. C’est parce que Roman n°3 a un récit plus lent, plus contemplatif (il n’y aura pas d’action, simplement le récit de relations humaines entre 2 femmes de générations très différentes) que j’ai pu m’en sortir sans suivre de plan ; je dirais que ce troisième roman s’écrit presque à l’instinct. Ces articles sont justement juste le retour de ma propre expérience, je n’ai pas la prétention de donner ici des conseils, simplement de raconter ce qu’écrire apporte comme sensations, questions, problèmes et résolutions.
      Mais sinon, j’avais au départ du mal avec « autrice » mais je m’y suis bien habituée 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.