Les tribulations d’un auteur en pleine phase de création (d’entreprise)

Après plusieurs mois d’absence sur le blog ou sur mes différents réseaux sociaux, me revoici un peu plus active dans mon activité d’auteur 🙂

Mais que m’est-il arrivé ? Rien de grave, bien au contraire. J’ai dû consacrer du temps à mon nouveau projet professionnel, qui a occasionné également un changement de rythme de vie : j’ai créé mon entreprise.

J’ai repris au début du printemps un commerce de produits bios, en franchise. J’ai donc mené mon parcours de repreneuse d’entreprise depuis l’automne dernier, je me suis formée à ce métier nouveau pour moi (rappelez-vous, je suis documentaliste de formation), et je me suis pleinement investie dans ma nouvelle vie de chef d’entreprise.

Alors, à quoi ça ressemble de créer une entreprise ? Eh bien, ça ressemble presque à la création d’une histoire et à l’écriture d’un roman.

Il y a d’abord une idée, une envie. Un peu farfelue, celle de devenir entrepreneure et d’être indépendante dans son travail. Cette idée prend parfois des directions très opposées : et si je créais ceci ? Et si je reprenais telle entreprise ? Et pourquoi personne n’a jamais pensé à créer tel service ? Un peu comme lors les premières lignes jetées sur une page blanche, commençant à dessiner des débuts d’histoire envisageables ou totalement improbables.

Et puis arrive la bonne idée, celle qui deviendra un vrai projet d’entreprise, tout comme une idée d’histoire commence à devenir le projet de roman qu’on souhaite mener à bien. La future entrepreneure se lance alors dans l’écriture d’un business plan, document qui permettra d’expliquer ce qu’elle souhaite développer dans sa future activité de chef d’entreprise ; un peu comme lorsque l’auteure commence à rédiger le synopsis de son roman.

Comme dans l’écriture d’un roman, il y a ensuite des éléments qui viennent s’ajouter et qu’on n’avait pas prévu dans le synopsis. Porté par l’enthousiasme de l’énergie entrepreneuriale, on se dit « et si on faisait ça en plus ? », tout comme emporté par l’énergie créatrice – et avouons-le, peut-être une volonté propre du stylo d’écrire ce qu’il lui plaît 🙂 – on ajoute des événements ou des situations à ce que vivent nos personnages. Notez bien que dans les deux situations, les éléments imprévus peuvent être tout aussi positifs que négatifs (exemple : « mince, une dépense imprévue » du côté entrepreneur, une impossibilité technique ou temporelle du côté auteur).

Ensuite, tout se déroule et l’énergie créatrice emporte tout sur son passage. Au risque de laisser en plan sur le côté les autres activités. C’est ce qui vient de se passer concernant ma vie d’auteur. Depuis septembre 2018, j’ai planché sur ce projet de reprise d’entreprise, et j’ai quasiment totalement laissé tomber mes projets d’écriture. Non par désintérêt soudain pour mes histoires en cours d’écriture, mais parce que toute mon énergie était focalisée sur ce renouveau professionnel. Les rares moments où mon esprit s’est retrouvé libéré des nombreuses étapes à remplir pour mener à bien ce projet, je me suis replongée dans Roman n°2 – un peu – et j’ai aussi fait avancer Roman n°3 – un peu plus. Un peu de désordre dans ma progression, mais avec peu de moments de disponibles pour l’écriture, j’allais où mon inspiration me portait.

Quasiment un an après la mise en route de ce projet d’entrepreneure, et quasiment six mois après la mise en route réelle de mon entreprise, je peux enfin respirer un peu et retrouver du temps libre pour moi, et notamment pour ma vie d’auteur. Les corrections et derniers compléments de Roman n°2 ont bien repris au cours de ces dernières semaines. J’espère pouvoir vous en donner d’autres nouvelles très prochainement… 😉