Atelier d’écriture : Tout le monde perd au jeu de la guerre

La photographie proposée cette semaine pour l’atelier d’écriture du blog Bricabook changeait de tonalité.

Atelier 267 - militaire

Merci à Leiloona de nous l’avoir proposée 🙂

Voici le texte que cette photo m’a inspiré (en rime toujours, selon mon défi personnel du mois de mai).

Tout le monde perd au jeu de la guerre

Assis à l’écart du vacarme,
Il reste là, l’esprit au calme.
Quelques instants de répit
Au milieu de cette boucherie.
Oh, il ne craint pas grand chose
Et il connaît déjà la pose.
Ce n’est pas la première fois
Qu’il s’amuse à jouer au combat.

Comme tous les autres, il est là pour satisfaire
Le goût des manoeuvres militaires.
Comme lui, ils sont des milliers
Par plaisir, à venir se faire fusiller.

Il y a même ce Français
Qui vient chaque année,
Traversant l’Atlantique avec gaieté
Pour endosser l’uniforme confédéré.
Il ne vit que pour sa passion :
Participer de par le monde à toutes les reconstitutions.
En rater une est impensable,
Il en créverait, c’est probable !

Tous, à leurs yeux,
La guerre n’est qu’un jeu,
L’occasion de pouvoir être
Pour quelques heures Bonaparte, Nelson ou Lafayette,
Une occupation sans conséquence,
A laquelle s’adonner en toute innocence.

Certains oublient qu’à quelques heures d’ici,
Certains se battent pour leur survie,
Qu’à travers le monde,
La guerre danse une macabre ronde.

Enfants soldats, hommes et femmes au combat
Sont des images que beaucoup voient
Deux fois par jour
A l’heure des petits fours.
Une petite pensée et puis s’en va.
Comme le reste, ça n’atteint pas
Celui qui, à chaque lever du jour,
Ne se soucie pas que la vie lui joue un mauvais tour.

Pourtant, tout le monde perd au jeu de la guerre,
Ceux qui y jouent comme ceux qui en ont souffert.
A chaque fois que par les armes, un homme perd la vie,
C’est l’Humanité toute entière qui perd ce qu’elle a construit.

Voilà à quoi pense notre Unioniste philosophe.
Il sait que ses réflexions ne changeront pas les choses.
Mais il ne souhaite pas les laisser partir,
Il veut pouvoir toujours s’en souvenir,
Pour ne pas perdre définitivement
Ce qui fait de lui un Homme bienveillant,
Et surtout ne pas offrir
A la guerre l’occasion d’être la seule gagnante.

10 réflexions sur “Atelier d’écriture : Tout le monde perd au jeu de la guerre

  1. Ton texte en vers fait un peu « résonance » avec celui de Claude. Je m’interroge comme vous sur le plaisir que les gens, jeunes et moins jeunes, peuvent prendre à jouer à la guerre tandis que d’autres n’espèrent qu’une chose : en sortir! Belle appropriation de l’image. bravo.

    Aimé par 1 personne

    • Merci bcp Valérie pour ton commentaire et pour le compliment 🙂 (parution tardive, car WordPress a cru que c’était un commentaire indésirable 😦 ). Je n’ai pas encore eu le temps malheureusement de lire les autres textes de la semaine (il faudra que je rattrape cela) et j’irai donc découvrir avec attention le texte de Claude. Ce plaisir pris au jeu de la guerre m’a toujours étonné : pourquoi, de par le monde, les enfants puis les adultes trouvent naturel de s’amuser d’une telle horreur ? Question à laquelle malheureusement je doute qu’il existe une réponse valable…

      J'aime

  2. J’aime beaucoup la réflexion proposée par ton texte. Moi aussi je me demande quel attrait tant de personnes trouvent à jouer à la guerre, que ce soir dans les reconstitutions grandeur nature ou dans les jeux vidéo. Est ce que les enfants de militaires tués au combat, est ce que les enfants de pays en guerre y trouvent le même plaisir. Comment oublier que ce n’est que boucherie ?
    Quand est-ce qu’on joue à la paix ?
    Tu vois, j’ai adoré ton texte. Ton art de manier la plume vaut 100 fois celui de la guerre.

    Aimé par 1 personne

    • Merci infiniment Adèle pour ce beau commentaire et ton joli compliment sur mon écriture 🙂 Jouer à la paix, voilà un véritable jeu innocent, qui aurait pour seule conséquence de rendre les Hommes plus humains.
      J’aime bcp ton regard sur les choses avec ta question « Est ce que les enfants de militaires tués au combat, est ce que les enfants de pays en guerre y trouvent le même plaisir ? ». C’est une belle question, à laquelle j’aimerais tant que la réponse soit non.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s