Atelier d’écriture : La sortie est une entrée

Pour son atelier d’écriture n° 254, Leiloona nous propose cette semaine sur son blog une photo de gare, de Julien Ribot.

Photo de Julien Ribot

©Julien Ribot

J’étais donc cette semaine dans une thématique « train », entre ma nouvelle pour participer au concours de Librinova, « Le temps d’un voyage », et cet atelier d’écriture. Si pour ma nouvelle, je suis partie sur l’idée d’un départ, je me suis lancée pour cet atelier sur la problématique inverse, l’arrivée. Voici le texte que cette photo m’a inspirée.

« Mesdames, Messieurs, dans quelques instants, notre train arrivera en gare de…, son terminus ».

Il prit son temps pour rassembler ses affaires et descendre du train. Il faisait toujours partie des derniers passagers à rester à bord, même quand le train arrivait en retard. A quoi bon se presser, puisqu’il n’était déjà plus à l’heure.

Descendre parmi les derniers offrait un avantage, c’est qu’une fois sur le quai, le mouvement des autres voyageurs le poussait naturellement vers la sortie. Même dans une gare inconnue, pour trouver simplement la sortie. Il suffisait de se laisser porter par la foule. L’espace d’un instant, l’angoisse de l’inconnu s’estompait, la confrontation avec cet ailleurs à découvrir était repoussée jusqu’aux portes de sortie.

Il s’était toujours demandé pourquoi on parlait de sortie. Les voyageurs qui arrivaient à destination frappaient à la porte de la ville qui se cachait derrière la gare. Ils voulaient y entrer. Certains ne faisaient qu’entrer chez eux. Sans doute ne percevaient-ils plus cette envie ou cette hésitation face à l’inconnu.. Mais pour un voyageur qui débarquait dans un nouvel endroit, la sortie de la gare représentait l’entrée d’un autre univers, d’une autre vie.

S’il prenait son temps pour descendre du train, dès qu’il atteignait la porte de sortie de la gare (la porte d’entrée de la ville ?) , son cœur s’emballait, son pas s’accélérait, ses sens captaient les sons, les odeurs, l’ambiance de ce lieu qui s’offrait à lui. Il n’avait alors plus qu’une envie : se presser d’entrer là où l’avait amené le train. Même lorsqu’il voyageait pour le travail, il gardait cette avidité de découverte et partait rapidement à l’assaut de ce nouvel horizon. Il savait toujours trouver un moment pour aller à la rencontre de ces nouveaux lieux et des gens qui y vivaient.

Il l’espérait, ce voyage ne serait pas différent des autres et lui apporterait encore une fois toutes les promesses de découverte qu’il en attendait. Le cœur souriant, il poussa la porte et entra dans cette nouvelle aventure.

 

10 réflexions sur “Atelier d’écriture : La sortie est une entrée

  1. Je note 2 conseils que je chercherai à m’appliquer :
    – à quoi bon se presser si l’heure est déjà passée !
    – pour découvrir un nouveau lieu, ne pas courir devant mais suivre les habitués.
    Ces 2 conseils nous renvoient à notre relation avec le Temps, celui qui passe et que l’on voudrait pouvoir contrôler.

    Aimé par 1 personne

    • Merci bonlecteur pour ce commentaire 🙂 Je suis ravie que ce texte ait pu te fournir ces 2 conseils. Après on peut les adapter à soi et à la situation, selon le degré de contrôle qu’on souhaite exercer. Mais c’est vrai que lâcher prise et se laisser porter par l’ambiance d’un lieu aide aussi à mieux être, à mieux se trouver soi.

      J'aime

  2. Superbe texte qui fait écho en moi car je ressens exactement la même chose quand je « sors » d’une gare pour « entrer »dans une ville ; -) et sortir en dernier fait aussi partie de mes habitudes, sauf en avion 😉 en fait, c’est une part de moi que tu as croqué dis la megalo que je suis à mes heures 😉 bravo pour ton texte et la fluidité de ta plume

    Aimé par 1 personne

  3. Merci bcp Bénédicte pour ton commentaire 🙂 Pour cette image, j’étais moins dans l’idée de construire une histoire que d’exploiter ce qui peut se passer dans une gare, et c’est comme ça que c’est venu. Certaines réflexions nées de mes textes récents sont devenues des évidences une fois écrites, mais je n’avais pas forcément envisagé cette porte de sortie/entrée de cette façon, jusqu’à présent. Par contre, la prochaine fois que je descendrai d’un train, mon pas et mon action sur la porte « d’entrée » auront une saveur différente 😉

    J'aime

  4. C’est une jolie idée de jouer sur l’ambiguïté de ces deux mots « Entrée « et Sortie « …En un quart de seconde j’ai entendu Devos et ses jeux avec les mots. ..Car c’est bien de cela dont il est question dans ce texte : sortir d’une gare pour entrer dans une ville, le tout par la même porte !..
    J’aime beaucoup. …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s